Faire avancer l’Europe avec moins d’émissions : le rôle clé des carburants liquides bas carbone

Perspectives

Par Philippe Ducom, Président, ExxonMobil Europe. Traduit de l’anglais. 

L’une de mes façons préférées de partir en vacances et de découvrir de nouvelles destinations sur notre continent est de conduire ma voiture. Cela me donne le sentiment ultime de liberté, une sensation que nous n’avons malheureusement pas eue l’année dernière avec les confinements. Alors que nous commençons enfin à voir la lumière au bout du tunnel, j’ai hâte de redécouvrir l’Europe. Mais surtout, j’ai hâte de le faire avec une empreinte carbone plus faible. Comment les citoyens européens pourront-ils faire de même ? Probablement grâce au rôle croissant des carburants liquides bas carbone.

Que sont les carburants liquides bas carbone ?

Beaucoup de gens ne savent pas ce que sont les carburants liquides bas carbone et comment  ils peuvent contribuer à  un avenir moins carboné. Commençons par le début : Les carburants liquides bas carbone sont des carburants liquides d’origine non fossile, sans ou avec très peu d’émissions de CO₂ nettes pendant leur phase de  production et pendant leur utilisation. Les biocarburants issus de la biomasse non alimentaire en sont un exemple. Tout d’abord, les végétaux ou la biomasse, qui sont utilisées pour produire des biocarburants, passent par le processus de photosynthèse pour se développer, ce qui permet de capter le CO₂ de l’air. Plus tard, lorsque des biocarburants sont utilisés dans le moteur d’une voiture, le CO₂ relâché dans l’air remplace uniquement celui qui a été extrait, ce qui réduit l’empreinte carbone du cycle de vie de ces carburants liquides, ou permet d’atteindre la neutralité carbone. Un autre membre de la famille des carburants liquides bas carbone sont les carburants synthétiques. Ces carburants sont fabriqués en combinant le CO₂ capté directement dans l’air avec de l’hydrogène à faible teneur en carbone. Cela produit un carburant à très faible teneur en carbone, voire neutre en carbone net, tout au long de son cycle de vie.

Le plus grand avantage de ces carburants liquides bas carbone est que les infrastructures dont ils ont besoin pour faire avancer les voitures européennes sont déjà en place. Cela signifie que nous pouvons continuer à utiliser les réseaux de stockage, de distribution et de stations-service existants pour faciliter la commercialisation des carburants liquides bas carbone. Et plus important encore, cela signifie également que le parc automobile existant de l’UE peut réduireses émissions grâce à ses carburants. Dans de nombreux pays européens, vous mettez peut-être déjà du biocarburant dans votre voiture sans même vous en rendre compte. Par exemple, le carburant sans plomb « SP95-E10 » est étiqueté « E10 » car il contient 10 % de bioéthanol. Il est largement disponible en Europe. En d’autres termes, les carburants liquides bas carbone sont déjà présents et représentent une solution complémentaire qui, bien qu’elle ne soit pas aussi souvent évoquée, est aussi importante que les véhicules électriques ou toute autre technologie pouvant contribuer à l’objectif de neutralité carbone de l’Europe, d’ici 2050.

De plus, étant donné que les carburants liquides bas carbone sont compatibles avec les technologies smoteurs actuels, leur utilisation croissante pourrait accélérer la réduction des émissions. Cela pourrait compléter la croissance progressive du parc de véhicules électriques, en fournissant des solutions à moins carbonnées et  plus répandues dans la majeure partie du parc existant en Europe. Le secteur du pétrole et du gaz est bien placé pour accompagner cette solution. Selon l’AIE, les entreprises actives dans les secteurs des technologies énergétiques ont augmenté leurs dépenses annuelles en R&D d’environ 40 % au cours de la dernière décennie. De plus, le secteur peut se servir de son savoir-faire technologique, son expérience opérationnelle et sa capacité à mener des projets à grande échelle. Le récent lancement d’un nouveau partenariat ExxonMobil-Porsche sur les e-carburants est un exemple de projet à grande échelle. Cet accord vise à favoriser la future adoption par les automobilistes, en testant des biocarburants avancés et des e-carburants renouvelables bas carbone dans des moteurs de compétition ultra-performants.

Plus de carburants liquides à moins carbonés dans les pipelines

En plus d’être un fan de voitures et de voyages en Europe, je suis surtout un ingénieur passionné par la science. Et j’ai été fasciné par l’innovation continue de nos équipes scientifiques. Par exemple, le développement de biocarburants de dernière génération constitue un point fort du programme R&D d’ExxonMobil. Pourquoi est-ce important ? De nombreux  moyens de transport , en particulier les avions, les navires et les poids lourds, continueront à dépendre de la densité énergétique élevée des carburants liquides à l’avenir, ceci en raison de leur grande taille et en raison du manque  d’alternative facilement disponible. Il est donc essentiel d’investir pour réduire l’intensité carbone des carburants liquides.

Le chemin vers la neutralité carbone du transport en Europe

Bien que les carburants liquides bas carbone fournissent déjà des solutions pour décarboner la mobilité, il reste encore un peu de chemin à parcourir avant qu’ils ne soient largement produits à une échelle commerciale : ce qui doit se passer pour rendre les carburants liquides bas carbone plus facilement acessibles pour un plus grand nombre.

Tout d’abord, une collaboration étroite entre les industriels et les pouvoirs publics est fondamentale. Le cadre réglementaire est tout aussi important que les développements technologiques lorsqu’il s’agit de créer la bonne incitation à l’investissement pour le déploiement à l’échelle commerciale de la dernière technologie de carburants liquides bas carbone. Et ce cadre réglementaire doit être fondé sur la collaboration entre les parties prenantes, ainsi que sur une approche technologique neutre des solutions de transport, ce qui améliore la complémentarité. Deuxièmement, des synergies sont nécessaires entre les différentes technologies et solutions qui font avancer l’Europe. Il n’existe pas de solution unique dans un avenirdécarboné. Des carburants liquides bas carbone, des véhicules électriques, des batteries à hydrogène et d’autres alternatives dans le transport sur route doivent coexister, afin de répondre à la demande des consommateurs européens de solutions de mobilité sûres,abordables, et moins éméttrices. Après tout, qui n’est pas impatient de profiter de l’inestimableliberté de laisser votre voiture vous emmener où vous voulez.

Tags:   biocarburantsbiofuelscarburants liquides bas carboneneutralité carbonePhilippe Ducomréduction des émissionssolutions à faible teneur en carbone
Vous pourriez aussi aimer

En savoir plus