L’informatique quantique au service de l’approvisionnement énergétique de demain

Science & technologie

Pour imaginer ce que sera l’énergie de demain à l’échelle mondiale, la science fondamentale doit se tourner vers l’infiniment petit et les nouvelles technologies, qui n’ont de cesse de repousser les limites des recherches en cours dans ces domaines.

Pour maîtriser ces nouvelles connaissances fondamentales, ExxonMobil s’est associée à IBM pour exploiter ses capacités de recherche en matière d’informatique quantique, un partenariat annoncé cette année à l’occasion du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas.

Mais quel est l’intérêt de ce partenariat et comment cette technologie permet-elle de trouver de nouvelles solutions pour le monde de demain, un monde qui aura besoin de plus d’énergie tout en réduisant ses émissions ?

L’informatique quantique permet aux ingénieurs et chercheurs d’exploiter tout le potentiel de la physique quantique en imitant la nature et en simulant des réactions chimiques d’une manière tout à fait inédite.

Plus particulièrement, elle pourrait même un jour résoudre des équations incroyablement complexes à une vitesse vertigineuse. Les applications potentielles pour une entreprise répondant aux besoins quotidiens d’un monde, dont la consommation en énergie augmente, vont de l’optimisation du réseau électrique national à l’utilisation de formules chimiques ultra-précises afin de créer de nouveaux matériaux capables de capturer plus efficacement les émissions de carbone.

Présent au salon CES pour parler de ce partenariat, Vijay Swarup, vice-Président de la recherche et développement chez ExxonMobil Research and Engineering Company, a expliqué que l’informatique quantique va aider ExxonMobil à relever un double défi, à savoir fournir une énergie accessible et abordable à l’échelle mondiale tout en limitant les risques sur l’environnement.

« Parlons de la manière dont nous allons relever ce double défi, qui va exiger une nouvelle offre de solutions techniques. Pour cela, nous devons revenir aux fondamentaux car, pour obtenir des solutions à grande échelle, il faut avant tout commencer au niveau atomique », il poursuit : « Nous avons besoin d’un changement fondamental et c’est là que l’informatique quantique entre en jeu. »

Dans le cadre de sa mission visant à développer ces capacités de calcul « hors des recherches en laboratoire et dans le monde entier », IBM a créé Q Network, une communauté mondiale regroupant des entreprises du classement Fortune 500, des start-up, des universités et des laboratoires de recherche nationaux pour explorer des applications utilisables dans les sciences et les secteurs industriels.

ExxonMobil est le premier fournisseur d’énergie à rejoindre ce réseau et sa collaboration avec IBM ne date pas d’hier, comme l’a révélé Vijay Swarup au public présent.

« Nous avons besoin des scientifiques les plus chevronnés pour travailler ensemble », dit-il. « Le temps est venu de collaborer, de s’associer et de créer de nouvelles solutions par le biais de partenariats d’excellence. »

Tags:   IBMinformatique quantiqueQ NetworkVijay Swarup
Tu pourrais aussi aimer

Explore plus