A la recherche de solutions globales : la technologie des membranes

Actualité

Que se passe-t-il ? ExxonMobil et des chercheurs de Georgia Tech et de l’Imperial College de Londres mènent actuellement des études sur les technologies membranaires qui pourraient réduire les émissions de dioxyde de carbone et l’énergie requise pendant le processus de raffinage du pétrole brut.

Publiés dans la revue Science, les résultats de cette étude devraient permettre à ExxonMobil d’enrichir ses processus pour améliorer l’efficacité énergétique et réduire les émissions.

« Nous avons tout repris depuis le début et nous sommes concentrés sur la réduction de l’énergie nécessaire à la production des produits que nous fabriquons », a déclaré Ben McCool, ingénieur en chimie chez ExxonMobil.

Pourquoi est-ce important ? Le raffinage du pétrole brut nécessite aujourd’hui beaucoup de chaleur et l’utilisation de membranes pourrait réduire considérablement l’énergie nécessaire à ce processus.

« Nous apportons chacun une expertise spécifique dans différents domaines scientifiques, et ce partenariat pourrait changer la donne concernant la réduction des émissions », a déclaré M. G. Finn, professeur et président (École de chimie et de biochimie) et James A. Carlos, président des technologies pédiatriques à Georgia Tech.

Qu’est-ce que c’est ? Les membranes séparent les molécules en fonction de leur taille et de leur forme. Lorsque les molécules sont très proches, ce processus de séparation devient plus difficile. Cette membrane permet à certaines petites molécules de traverser plus facilement que d’autres et contrairement au processus actuel de chauffage et de distillation qui consomme beaucoup d’énergie, elle pourrait permettre de réaliser des séparations à des températures plus basses.

Les étapes suivantes : Des chercheurs de l’Imperial College de Londres explorent le potentiel d’évolution de la production membranaire en démontrant que ce processus peut fonctionner sur l’équipement de raffinage utilisé aujourd’hui.

« Si nous avons progressé aussi rapidement, c’est parce que nous repoussons les limites de la science afin de trouver réponse à des questions qui sont rarement posées dans des applications réelles », a déclaré Andrew Livingston, professeur de génie chimique à l’Imperial College.

Les polymères nouvellement conçus et testés à la Georgia Tech ont été convertis en film de 200 nanomètres d’épaisseur.
Ensuite, ils ont été incorporés dans la membrane à l’Imperial College de Londres.
Des échantillons ont été testés dans des laboratoires d’ExxonMobil, de la Georgia Tech et de l’Imperial College de Londres.
Cette confirmation commune des propriétés des membranes aidera les raffineries à traiter le pétrole brut sans chauffage.
Tu pourrais aussi aimer

Explore plus